Association des laboratoires internationaux de recherche

logo LIR 2015 web

Les progrès dans l’épilepsie : 60 à 70 % des patients répondeurs

L’épilepsie, ou plus précisément les épilepsies, représentent un groupe de pathologies d’une grande diversité d’expressions cliniques, encore génératrices de honte et de préjugés. Elles perturbent la vie des patients et celle des familles parce qu’elles touchent souvent les enfants. Cependant, les traitements ont connu des évolutions considérables. Et plusieurs nouveaux médicaments peuvent être considérés comme de véritables révolutions en pédiatrie.

D’après un entretien avec le Pr Alexis Arzimanoglou, chef du service Épilepsie, sommeil et explorations fonctionnelles neuropédiatriques, Hôpital Femme Mère Enfant, Hospices civils de Lyon.

Des formes d’épilepsie mieux connues et des médicaments mieux adaptés

L’épilepsie reste une pathologie taboue, surtout pour le grand public, parce qu’il s’agit d’un groupe de maladies extrêmement complexes, et parce que les mécanismes de ces manifestations soudaines et inattendues que sont les crises d’épilepsie ont donné lieu à de nombreuses interprétations de l’ordre du démoniaque, de la folie, et qui restent ancrées dans de nombreux esprits malgré les progrès indiscutables de ces dernières années. Cette maladie concerne principalement les enfants mais elle peut atteindre ou se poursuivre à l’âge adulte. Chez les enfants, les épilepsies relèvent de diverses atteintes du système nerveux central (anomalies du développement du cortex cérébral, métaboliques, souffrance périnatale…) auxquelles s’ajoutent chez l’adulte d’autres étiologies acquises (accident vasculaire cérébral, sclérose en plaques, maladie d’Alzheimer) ainsi que les formes liées à une prédisposition génétique. Ces différents types d’épilepsie s’accompagnent d’une très grande diversité d’expressions cliniques à l’origine d’un retard fréquent du diagnostic ou d’erreurs par excès. Les idées fausses sur cette maladie sont nombreuses. Ainsi, l’idée que l’épilepsie est toujours une maladie chronique, permanente et qui nécessite un traitement à vie fait partie des mythes. Ce qui est vrai pour certains types d’épilepsie ne l’est pas pour d’autres et il existe chez l’enfant des formes que l’on appelle idiopathiques, sans lésions cérébrales responsables des crises, qui sont plutôt une prédisposition à faire des crises, et qui guérissent avec le temps. Au cours de ces vingt dernières années, la prise en charge des épilepsies a vu des progrès importants dans la reconnaissance des différentes formes cliniques et étiologiques, l’arrivée de nouvelles molécules, et des avancées dans le domaine de la neurochirurgie, avec la possibilité de recourir à des interventions dans les formes de la maladie où une lésion cérébrale responsable des symptômes est résécable.

Des modèles animaux d’épilepsie pour tester les médicaments

Aucun médicament antiépileptique n’a été développé de façon spécifique pour l’enfant. Tous l’ont été sur des modèles d’épilepsie de l’adulte. C’est pourquoi les chercheurs tentent actuellement de fabriquer des modèles animaux des différents types d’épilepsie pour pouvoir développer de nouvelles molécules avant de les tester chez l’enfant. Tâche complexe compte tenu de la variabilité dans l’expression des symptômes (crises d’épilepsie) et le nombre d’étiologies à l’origine des symptômes.

 

 

Un développement des investigations pédiatriques encore nécessaire

Les études cliniques chez l’enfant sont plus complexes que chez l’adulte parce qu’elles doivent intégrer les aspects cognitifs, les données liées au développement de l’enfant et les effets à long terme du traitement antiépileptique. Les schémas des études cliniques menées chez l’adulte ne sont pas transposables et des adaptations de la méthodologie et des protocoles sont nécessaires. Des progrès ont été accomplis mais du travail reste encore à faire pour mieux concevoir ces essais afin qu’ils puissent être davantage adaptés à l’enfant. Leur complexité rend ces études longues et difficiles à réaliser ; ceci a certainement un impact sur le retard de la mise sur le marché de médicaments antiépileptiques plus efficaces.

 

 

La majorité des patients est aujourd’hui contrôlée par les traitements

De nouveaux médicaments antiépileptiques sont apparus et il existe aujourd’hui plus d’une trentaine de molécules disponibles contre quatre il y a une trentaine d’années. Certaines ont été une vraie révolution en pédiatrie. Ces nouveaux traitements ont permis des progrès majeurs dans certains types d’épilepsie. Grâce à ces innovations, environ 70 % des épilepsies sont actuellement contrôlées par les traitements. Mais prendre des médicaments au long cours n’est pas facile à accepter pour un enfant ou un adolescent. C’est pourquoi la recherche travaille au développement de nouvelles molécules mieux ciblées pour davantage d’efficacité. Les médicaments d’aujourd’hui peuvent permettre le contrôle des crises mais ne traitent pas les causes. Ceux de demain vont être, nous l’espérons, plus « anti-épilepsie » que « anti-crise ».

 

 

Thierry Billoir

 

Le Pr Arzimanoglou déclare des liens d’intérêts : Rédacteur-en-chef d’Epileptic Disorders (www.epilepticdisorders.com), revue officielle d’enseignement de la Ligue Internationale Contre l’Epilepsie (ILAE : www.ilae.org), éditions John Libbey Eurotext; Président sortant de la Ligue Française Contre l’Epilepsie (LFCE : www.lfce.fr); Coordinateur du programme de partenariat « Epilepsies » entre les Hospices Civils de Lyon et l’Hôpital San Juan de Dios de Barcelone, Espagne ; Rapporteur ou Conseiller Expert des laboratoires Eisai, GlaxoSmithKline, UCB et Viropharma.
« Cette interview a été réalisée pour le LIR par un journaliste intervenant à la demande de Global Média Santé. Le choix de la personnalité interviewée et des questions posées sont de la seule responsabilité de Global Média Santé. La rédaction de cette interview n’a pas été soumise à la relecture du LIR. »

Recommander cet article :

Publié le 22/04/14

Les 11 entreprises internationales membres du LIR

  • Laboratoire Abbvie
  • Laboratoire Astellas
  • Laboratoire Astrazeneca
  • Laboratoire Bayer
  • Laboratoire Boehringer Ingelheim
  • logo-gsk-2014
  • Laboratoire Janssen
  • MSD LOGO
  • Laboratoire Novartis
  • Laboratoire Roche
  • Laboratoire Takeda

 

Copyright © 1997-2018 Imaginons la Santé - c/o Régus Trocadéro - 112 Avenue Kléber - 75016 Paris

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

Ce site ne collecte aucune donnée personnelle sans votre consentement préalable.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité - En savoir plus

J'ai compris

Nous utilisons les technologies standard de l’Internet nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de ce site. Cela veut dire que, de fait, nous collectons et stockons des informations, mais par défaut ce sont des informations anonymes et qui ne sont stockées que le temps de votre visite.

Par exemple nous détectons le type de navigateur que vous utilisez pour que notre serveur vous délivre la page la mieux optimisée, ou nous déponsons un cookie de session pour assurer la sécurité de votre navigation.

Evidemment, si vous vous inscrivez à l’un de nos services (mailing liste, espace personnel, etc.), ou que vous nous contactez, nous vous demandons des données personnelles.
Pour savoir comment nous les gérons ou comment exercer vos choix, consultez notre Politique de confidentialité.