Association des laboratoires internationaux de recherche

logo LIR 2015 web
Vague d’innovation en santé : comment la France peut en profiter

Vague d’innovation en santé : comment la France peut en profiter

micro rouge lir

Alors qu’une vague d’innovations sans précédent s’annonce, les sociétés de biotechnologie françaises constituent un secteur clé pour l’industrie française du futur. La French Health Tech pourrait améliorer le quotidien de 11 millions de patients en France et créer 130 000 emplois.
Si la France bénéficie de réels atouts pour devenir leader dans ce domaine, de nombreuses contraintes administratives et financières freinent encore l’essor du secteur.

Ecoutez l'interview de Maryvonne Hiance

Maryvonne Hiance, présidente de France Biotech était l’invitée du Café de la Santé du Lir..

Comment France Biotech souhaiterait travailler d’avantage avec les grandes sociétés pharmaceutiques ?

France Biotech, qui regroupe essentiellement des entreprises de technologies innovantes dans le domaine de la santé, souhaite évidemment travailler en phase avec les Big Pharma même si le modèle économique est complètement différent. Mais toutes souhaitent que les industries de la santé soient reconnues comme majeures en France. Ce sont des enjeux économique et sociétal évidents puisque l’étude BCG, que nous venons de mener, montrent que les 20 premières sociétés de biotechnologie de notre association pourraient générer en 2030 plus de 40 milliards de chiffre d’affaires, représenter 130 000 emplois supplémentaires ainsi que soigner 11 millions de patients en France et 250 millions dans le monde.

Que faire pour améliorer l’accès à l’innovation en France ?

France Biotech préconise de mettre en place un véritable plan santé global au niveau national, incluant toutes les problématiques qui se posent aujourd’hui : simplification administrative, financement des entreprises, amélioration du transfert de technologie ainsi que de la production.

Que faudrait-il faire justement pour améliorer la production de biomédicaments ?

Aujourd’hui, les petites initiatives en matière de production sont encore insuffisantes et la majorité des sociétés de biotechnologie vont produire à l’étranger. Deux possibilités s’offrent à nous. La première serait de faire comme la Chine, c’est à dire à Shanghai où un complexe industriel a été mis en place, en partant de 0, ce qui permet de travailler à la fois sur la recherche de production de cellules, mise au point de process de biomédicaments et production commerciale. Ce serait l’idéal. La seconde alternative consisterait, à partir de toutes les petites entreprises capables de mettre au point des process industriels, il faudra les accompagner, les aider à participer à des programmes européens pour qu’elles puissent mettre au point les premières étapes de production et ensuite, avec les entreprises que nous avons, que nous puissions assurer la production commerciale.

Maryvonne Hiance est présidente de France Biotech .

Recommander cet article :

Publié le 11/07/17

Les 12 entreprises internationales membres du LIR

  • Laboratoire Abbvie
  • Laboratoire Astellas
  • Laboratoire Astrazeneca
  • Laboratoire Bayer
  • Laboratoire Biogen
  • Laboratoire Boehringer Ingelheim
  • logo-gsk-2014
  • Laboratoire Janssen
  • MSD LOGO
  • Laboratoire Novartis
  • Laboratoire Roche
  • Laboratoire Takeda

 

Copyright © 1997-2018 Imaginons la Santé - c/o Régus Trocadéro - 112 Avenue Kléber - 75016 Paris

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

Ce site ne collecte aucune donnée personnelle sans votre consentement préalable.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité - En savoir plus

J'ai compris

Nous utilisons les technologies standard de l’Internet nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de ce site. Cela veut dire que, de fait, nous collectons et stockons des informations, mais par défaut ce sont des informations anonymes et qui ne sont stockées que le temps de votre visite.

Par exemple nous détectons le type de navigateur que vous utilisez pour que notre serveur vous délivre la page la mieux optimisée, ou nous déponsons un cookie de session pour assurer la sécurité de votre navigation.

Evidemment, si vous vous inscrivez à l’un de nos services (mailing liste, espace personnel, etc.), ou que vous nous contactez, nous vous demandons des données personnelles.
Pour savoir comment nous les gérons ou comment exercer vos choix, consultez notre Politique de confidentialité.