Usage des données de santé en France versus l’international

En s’associant, des institutions publiques (Bpifrance), privées (EY, G5 Santé, Cegedim) et plusieurs think tanks (LIR Imaginons la Santé, Renaissance Numérique et Healthcare Data Institute) ont pris l’initiative d’organiser, pour la première fois en France, des échanges entre acteurs des secteurs public et privé sur les questions de santé

En encourageant l’intelligence collective, les partenaires du 1er HDSPARIS ont pour ambition d’aligner les acteurs entre eux sur :

  • l’évolution de la qualité des parcours de santé,
  • l’évaluation des innovations en vie réelle,
  • l’usage des données générées par les patients,
  • la compétitivité de la France en matière d’innovation santé.

Retrouvez ici les divers travaux du LIR : étude comparative internationale, idées partagées lors du 1er sommet international et les 7 propositions pour changer de perspectives. 

On estime qu’à l’horizon 2020, le volume de données disponibles pourrait atteindre 2,3 milliards de giga-octets, tandis que le nombre d’objets connectés devrait atteindre les 80 milliards. La Haute Autorité de Santé (HAS) recense d’ores et déjà plus de 50 000 applications de santé.

Avec la constitution de bases de données massives et leur traitement par des algorithmes capables de servir de soutien à la décision émerge progressivement l’idée d’un parcours de santé optimal.
De fait, chaque acte médical isolé devient un maillon parmi d’autres d’une chaîne de soins dont la coordination est enfin reconnue comme un élément clef de la prise en charge.

Longtemps en pointe en matière d’innovation et d’organisation, le système de santé français se fait aujourd’hui distancer par les pays nordiques et anglo- saxons sur la question de l’exploitation des données de santé. Afin de réfléchir à un modèle qui permette un véritable changement d’échelle en transformant la donnée en connaissance, les organisateurs et les partenaires ont réuni professionnels de santé, experts français et internationaux, chercheurs et responsables institutionnels au cours d’une journée de travail.

UNE JOURNÉE, TROIS DÉBATS

Le premier des trois débats de la journée portait surle développement du numérique et l’utilisation des données pour améliorer la qualité et l’efficience des parcours de santé. Le deuxième s’est concentré surla question des nouvelles modalités d’évaluation des innovations rendues possibles et nécessaires par la capacité à exploiter les données de vie réelle. Enfin,la troisième série d’échanges a mis en perspective les opportunités offertes par l’intelligence artificielle dans l’analyse massive des données de santé.De nombreux points de convergence sont apparuslors de ces échanges. Pour l’ensemble des acteurs, les données fournissent des outils supplémentaires pourle développement de parcours de santé qui remettent le patient au cœur et constituent un véritable levier pour la sécurité sanitaire et l’efficience des organisations.

Numérique et données au service de la qualité des parcours de santé

 

 

Données de santé et évaluation des innovations

 

 

Données patients et intelligence artificielle

 

 

Idées partagées et propositions

pdfTélécharger le document de synthèse4.7 Mo

 

Suivez nous sur : #HDSParis, @LIR_Santé, @EYFrance.

Pour aller plus loin :

L'étude complète : 

 

pdfTélécharger l'étude complète1.65 Mo

 

Tous les articles relatifs à :

Recommander cet article :

Publié le 19/04/18