Association des laboratoires internationaux de recherche

logo LIR 2015 web
Spécial ASCO : combattre le cancer, demain

Spécial ASCO : combattre le cancer, demain

micro rouge lir

Le congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) 2017 s’est tenu du 2 au 6 juin à Chicago (Etats-Unis). Lors de ce grand rendez-vous annuel des cancérologues, les publications de grands essais cliniques et l’annonce de nouvelles innovations thérapeutiques se sont multipliés. Ces nouvelles pistes prometteuses suscitent beaucoup d’espoirs.

Le Professeur Jean-François Morère, chef du département d’oncologie-hématologie à l’hôpital Paul Brousse était l'invité du Café de la Santé du LIR.

Ecoutez l'interview du Pr Morère 

Ecoutez l'interview du Dr Marabelle, Directeur clinique du programme d’immunothérapie de Gustave Roussy à Villejuif

Ecoutez l’interview de Padraic Ward, Président de Roche France et membre du Lir 

 

Quels différents champs en oncologie ?

Professeur Jean-François Morère, chef du département d’oncologie-hématologie à l’hôpital Paul Brousse.

Pour cette nouvelle édition de l’ASCO, des progrès ont été accomplis dans les différents champs de la cancérologie, depuis la prévention jusqu’à la découverte de nouvelles molécules très efficaces. Une étude tout à fait intéressante porte notamment sur la prévention de la rechute des cancers du colons qui ont été traités par une intervention chirurgicale et éventuellement, une chimiothérapie adjuvante.Les patients eux-mêmes peuvent reprendre en mains leur existence, avec une vie saine, selon les critères de American Society of Clinical Oncology, c’est à dire faire de l’exercice physique, orienter leur régime alimentaire vers une consommation de fruits et de légumes et puis, diminuer leur consommation d’alcool et de viande ainsi que gérer leur poids.Des avancées ont été aussi réalisées dans les traitements précoces, c’est à dire qu’il est possible de leur donner une chance de ne pas rechuter aux patients déjà opérés de certains cancers. Pour les tumeurs des voies bilières qui sont opérées, il vaut mieux faire une chimiothérapie.Dans les champs plus récents de la cancérologie, de nouveaux outils sont apparus, comme ceux de la génomique. Une très importante étude a été présentée par le Docteur Olivier Trédan du Centre Léon Bérard sur plusieurs milliers de patients. Il s’agissait d’établir un profil de mutations biologiques dans certains gènes et d’autres anomalies biologiques. L’identification de ce profil permet, en effet, de détecter des cibles qui seront actionnables, pour permettre à ces malades de bénéficier de traitements de médicaments existants de façon ciblée, plus spécifiques.Et bien entendu, l’intérêt de l’immunothérapie demeure. Ce type de traitement permet au corps de se défendre directement contre les cellules cancéreuses, le système immunitaire étant stimulé par certains médicaments.

Quels progrès en immunothérapie ?

Dr Aurélien Marabelle, Directeur clinique du programme d’immunothérapie de Gustave Roussy à Villejuif.

dr aurelien marabelleCe congrès a été marqué cette année par une deuxième vague des immunothérapies. Jusqu’à présent, des monothérapies étaient testées, c’est à dire le médicament tout seul, pour les patients en échec thérapeutique, avec un cancer en rechute. Et cette première vague est montée en volume, cette année, en nombre d’indications tumorales : 30 cancers différents peuvent répondre aujourd’hui à une immunothérapie en monothérapie et les indications se diversifient (avant et après la chirurgie, en situation métastatique).La deuxième vague d’immunothérapie arrive, via des combinaisons thérapeutiques où les premières molécules d’immunothérapie seront utilisées en combinaison avec d’autres (traitements conventionnels ou nouvelles immunothérapies). Cette aire de  va se développer davantage dans un futur proche pour révolutionner la façon de traiter les patients avec un cancer, sortir des toxicités traditionnelles des chimiothérapies : chutes de cheveux, nausées, vomissements… Ces médicaments s’administrent de façon simple. Même si des toxicités nouvelles de type auto-immune touchent certains patients.L’allégement de la  prise en charge des patients a un véritable impact sur la façon de soigner les patients, avec le recours à plus d’ambulatoire et moins d’hospitalisation.Cette immunothérapie est en plein développement avec plus de 1000 essais actuellement identifiés dans le monde. Mais, la France est confrontée à un enjeu de compétitivité internationale puisque nos structures et nos agences ne sont pas assez réactives pour l’ouverture d’essais cliniques. L’enjeu aujourd’hui consiste à accélérer nos processus pour que la France puisse bien se positionner vis-à-vis d’autres pays comme la Corée du Sud, l’Australie ou la Belgique.

Comment préserver l’attractivité de la France ?

Padraic Ward, Président de Roche France et membre du Lir

Padraic WardJe distinguerais deux éléments : la qualité de la recherche réalisée en France est l’une des plus élevées du monde. A propos de l’attractivité administrative de la France, il est parfois difficile de finaliser les contrats, de répondre à toutes les questions et aux besoins administratifs des autorités françaises. La France montre une plus grande lenteur que les autres pays. 

Que faire pour améliorer les choses ?
Il faudrait aller toujours vers une simplification. Il serait intéressant de regarder comment en Allemagne, par exemple, l’approche est différente. La priorité consiste à maintenir la confidentialité des données des patients. Dans les autres pays, cette confidentialité est garantie. Certains vont plus vite qu’en France. 

 

Recommander cet article :

Publié le 25/06/17

Les 14 entreprises internationales membres du LIR

  • Laboratoire Abbvie
  • Laboratoire Astellas
  • Laboratoire Astrazeneca
  • Laboratoire Bayer
  • Laboratoire Biogen
  • Laboratoire Boehringer Ingelheim
  • logo-gsk-2014
  • Laboratoire Janssen
  • Lilly
  • MERCK LOGO
  • Laboratoire MSD
  • Laboratoire Novartis
  • Laboratoire Roche
  • Laboratoire Takeda

 

Copyright © 1997-2017 LIR - Correspondance : LIR-Regus Invalides - 103 rue de Grenelle - 75007 PARIS - Tél : 01 70 91 73 38

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

Ce site utilise des cookies ou d'autres technologies pour améliorer son fonctionnement.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous l'acceptez. En savoir plus

J'ai compris

Nous utilisons les cookies ou autres technologies uniquement à des fins statistiques. Aucune donnée personnelle n'est collectée.

Vous pouvez accepter ou refuser les cookies au cas par cas ou bien les refuser systématiquement.
Vous pouvez à tout moment choisir de désactiver ces cookies.

Pour paramétrer votre navigateur, cliquez sur "Outils" (ou préférences dans Safari) et choisissez les options appropriées.